En tête UFC Que Choisir de l'Ardèche

Contacts Ardèche

Association Locale de l'Union Fédérale des Consommateurs Que Choisir


Siège: Place de la Gare - 07200 AUBENAS - Tel : 04 75 39 20 44 - Email : contact@ardeche.ufcquechoisir.fr

 Mega Menu
Accueil > Action nationale:

Monoxyde de carbone: Halte aux fausses sirènes de sécurité !
Alors que le monoxyde de carbone est à l’origine d’au moins 1000 hospitalisations par an et d’une centaine de décès, les détecteurs de monoxyde de carbone (DAACO) doivent permettre d’éviter ces dramatiques accidents domestiques. Pour autant, force est de regretter les dysfonctionnements qui aboutissent à ce que nombre de ces appareils soient parfaitement contre-productifs en donnant à tort aux consommateurs le sentiment d’une réelle sécurité.

En février 2009, l’UFC-Que Choisir publiait ainsi les résultats alarmants de son test labo sur les détecteurs de monoxyde de carbone : sur 7 DAACO testés, un seul apportait une véritable sécurité aux utilisateurs.
Ce constat est d’autant plus préoccupant que comme souligne l’avis en 2010, sur 53 chaudières impliquées dans des intoxications et équipées de détecteurs fixes de monoxyde de carbone, 11 n’avaient pas donné l’alerte, soit pas moins de 20%.

Les DAACO, souvent assimilés à tort dans l’esprit des consommateurs aux détecteurs de fumées, sont à la différence de ces derniers, non obligatoires. En effet, ils ne sont utiles que dans certains cas (cheminée à feu ouvert, poêle à bois ou à charbon, etc.)

Les défaillances de ces détecteurs s’expliquent en partie par les incohérences réglementaires européennes. En effet, l’apposition du marquage CE sur un DAACO peut être réalisée indépendamment de ses caractéristiques et performances intrinsèques sur la seule base de Directives exclusivement administratives. En effet, étonnamment, ils ne relèvent pas de la Directive sur les produits de construction, qui est pourtant celle garantissant la performance d’appareils de ce type (ex : DAAAF). A l’arrivée, un DAACO dangereux, puisque ne détectant pas correctement du monoxyde de carbone, peut néanmoins actuellement bénéficier du marquage CE.

Au vu de ces éléments, l’UFC-Que Choisir :

demande au Ministre de la Consommation de diligenter une enquête de la DGCCRF sur le marché des détecteurs de monoxyde de carbone et, à la suite de celle-ci, procéder au retrait des appareils dangereux.

demande à la Commission européenne de faire rentrer sans délai les DAACO dans le champ de la Directive sur les produits de construction (RPC/DPC) pour garantir que ceux-ci détectent effectivement le monoxyde de carbone.

dans cette attente, invite fortement les consommateurs, dans les cas où un détecteur leur serait nécessaire, à ne choisir que les détecteurs bénéficiant d’un marquage NF 292.



Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Projet de loi Consommation - Concurrence sur le marché de l’optique : pour y voir clair dans le débat
Un milliard d’euros de pouvoir d’achat rendu aux consommateurs

Subissant les prix les plus élevés d’Europe - avec un budget lunettes par habitant supérieur de 50 % à la moyenne -, les consommateurs français dépensent chaque année 4,7 milliards d’euros pour leurs lunettes. Ils paient ainsi la facture d’une grande opacité et d’une insuffisante concurrence, qui conduisent à un prix de vente moyen de 470 €, hors de portée de beaucoup de Français.
En facilitant le recours à la vente en ligne, le projet de loi Consommation permettra d’une part des économies substantielles lors de l’achat sur internet, puisqu’à qualité équivalente, les prix peuvent être jusqu’à 50 % plus bas. Mais c’est l’ensemble des consommateurs qui profiteront de la pression concurrentielle d’Internet, qui contraindra les opticiens à réduire leurs marges, aujourd’hui extravagantes (l’UFC – Que Choisir a chiffré en avril dernier les marges brutes des opticiens à 233 % en moyenne). Selon les estimations du gouvernement, les dépenses d’optique pourraient au total diminuer d’un milliard d’euros, soit de plus de 20 %.

Une bonne mesure pour le pouvoir d’achat et la santé publique

En demandant aux ophtalmologistes d’inscrire sur leurs prescriptions l’écart pupillaire du patient, le texte permet de sécuriser cette prise de mesure par un médecin. Ceci permettra une délivrance de lunettes en toute sécurité pour le consommateur, y compris en vente à distance. La mise en cause de la sécurité de la vente en ligne - pourtant déjà autorisée - est d’autant plus étonnante que même Essilor, premier fabricant mondial de verres ophtalmologiques, possède deux sites Internet de vente de lunettes aux États-Unis.
Par ailleurs, alors que l’optique est la 2ème cause de renoncement aux soins en France, la baisse du prix des lunettes permettra d’apporter à davantage de Français un équipement d’optique de qualité qui réponde à leurs besoins.

Le « faux argument » de l’emploi

Les opticiens, pour freiner cette concurrence nouvelle, agitent le chiffon rouge de la destruction d’emplois. Pourtant, les exemples étrangers montrent que 90 % à 95 % des consommateurs continueront de fréquenter les magasins d’optique. Le projet consacre même le rôle de l’opticien, puisque cette profession se voit confirmé son monopole sur la délivrance de lunettes (y compris sur internet), et bénéficiera de la nouvelle demande créée par l’accès amélioré à l’optique des plus démunis. Sans danger pour l’emploi en magasin, le projet de loi permettra par ailleurs l’émergence de sites internet de vente, créateurs d’emplois en France.

Face au déferlement médiatique du lobby des opticiens, l’UFC – Que Choisir appelle les Députés à ne pas perdre de vue l’essentiel : en apportant plus de concurrence dans le secteur de l’optique, le projet de loi consommation aidera la France à perdre son déplorable titre de championne d’Europe des dépenses d’optique et améliorer, en outre, la santé publique en sécurisant la vente en ligne et en permettant à tous les Français, quels que soient leurs revenus, de bénéficier d’un équipement de qualité adapté à leurs besoins.

Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Etiquetage des plats à base de viande: L’autorégulation bride la traçabilité !
A cette occasion, sur la base d’une étude exclusive révélant les résultats mitigés des engagements volontaires des professionnels pour mettre en place cette information, l’UFC - Que Choisir presse les autorités nationales et européennes de légiférer pour garantir aux consommateurs une information essentielle à la traçabilité et à la sécurité sanitaire.

La publication officielle des recommandations de la Commission Européenne en matière d’étiquetage, initialement attendue cet été, puis reportée en octobre, vient à nouveau d’être repoussée à la fin de l’année, sous la pression des gouvernements nationaux, insatisfaits du projet Bruxellois. Sans attendre l’issue de ces débats, certains professionnels conscients de la nécessité de rassurer rapidement les consommateurs ont pris, lors de la crise, l’engagement d’indiquer l’origine de la viande utilisée dans leurs produits. L’UFC - Que Choisir a mené l’enquête en rayon pour vérifier la mise en œuvre de ces engagements sur 91 produits de consommation courante à base de viande de bœuf(1).

Étiquetage volontaire, pas d’effet bœuf : 2 produits sur 3 sans mentions d’origine

Dans presque tous les rayons, les produits restent majoritairement muets sur la provenance de la viande. Le bilan est donc très mitigé sur cette mesure d’autorégulation, puisque au global seulement 38 % des produits portent la mention recherchée. Seul le rayon frais se distingue avec la présence de l’origine sur près de 3/4 des produits. Quant aux mentions valorisantes, telles que ‘’Pur bœuf’’, ‘’Transformé en France’’ ou ‘‘Viande contrôlée avec soin’’, dans 70 % des cas, ce ne sont que des accroches marketing utilisées comme ‘caches misères’ afin de faire oublier aux consommateurs l’opacité sur l’origine de la viande.

Grande distribution : des engagements en trompe l’œil.

Bien que sur les neuf enseignes de distribution étudiées, sept se soient engagées en faveur de l’étiquetage de l’origine, en pratique seulement deux d’entre elles, Picard et Auchan, réussissent à mentionner l’origine sur un grand nombre de produits (respectivement 83 % et 78 % des produits étudiés). En queue du peloton, on relève la présence de Leclerc (seulement 18 % des produits portent la mention d’origine) et enfin Monoprix et Leader Price pour lesquels aucun produit étudié ne donne l’origine de la viande !

Marques nationales : information ‘low cost’.

Globalement, les marques nationales ne brillent pas par leur transparence : six marques nationales sur dix ne donnent aucune origine de la viande pour les produits étudiés : Zapetti, William Saurin, Barilla, Charal, Maggi, Louis Martin ! Quatre marques seulement informent correctement les consommateurs : Panzani, Marie, Findus et Fleury Michon.

Impact de la transparence sur les prix : nos chiffres font mentir les Cassandres.

Alors que les professionnels annonçaient des hausses de prix faramineuses dues à l’étiquetage de l’origine, notre étude montre que le surcoût n’est que de 0,7 % en moyenne. Cette hausse minime ne représente, par exemple pour des lasagnes, que + 1, 5 centimes d’euros, soit bien moins que la différence de prix entre enseigne qui peut être 20 fois supérieure !


Au vu de l’échec de l’autorégulation pour une pleine information des consommateurs et au moment où l’Assemblée nationale s’apprête à voter sur l’étiquetage de l’origine, l’UFC - Que Choisir soucieuse que soit assurée la transparence due aux consommateurs :

- Demande au gouvernement français d’intervenir auprès de la Commission Européenne pour que celle-ci confirme la validité de l’initiative française avec le droit communautaire,
- Enjoint la Commission d’élaborer sans délais une proposition réglementaire rendant obligatoire l’étiquetage de l’origine nationale dans les produits transformés.




(1) Produits de grande consommation à base de viande de bœuf (lasagnes, raviolis, hachis Parmentier, bœuf bourguignon etc … ) de marques nationales et de marques de distributeurs, proposés au rayons frais, surgelés, conserves, barquettes plastiques et sauces bolognaises.

Retrouvez l'étude et les propositions de l'UFC-Que Choisir sur "Indication de l’origine de la viande de bœuf dans les produits transformés"
Que Choisir en Ligne


...lire la suite

PUBLICITE DANS LES LOGICIELS DES PHARMACIENS: L’inquiétante ordonnance de Madame Touraine
Légiférant dans les suites du scandale sanitaire du Médiator, les parlementaires français avaient voulu, dans la loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament, s’assurer de la fiabilité et de la qualité des logiciels d’aide à la prescription, pour les médecins, et à la dispensation, pour les pharmaciens.

La pression promotionnelle des laboratoires autorisée jusque dans le cœur des pharmacies

Le projet de décret prévoit en effet d’autoriser « la présence de publicité à caractère informatif et de conseil » dans les logiciels d’aide à la dispensation des pharmaciens. La confusion ici entretenue entre publicité, d’une part, et information et conseil, d’autre part, ne trompera personne : les laboratoires pharmaceutiques n’ont pas pour habitude d’engager des dépenses de promotion dans un but autre que celui d’accroître leurs ventes. Le gouvernement, conscient par intermittence des effets néfastes de la publicité adressée aux professionnels de santé, interdit d’ailleurs la publicité dans les logiciels d’aide à la prescription des médecins ! Pourquoi faire entrer aujourd’hui le loup de la publicité de l’industrie pharmaceutique dans ce qui devrait rester la bergerie sanitaire des officines ?

Un décret dangereux pour la santé publique, dans un contexte de conseil pharmaceutique déjà insuffisant

La sur-délivrance de médicaments serait ainsi favorisée, confortant la sur-consommation par les usagers et augmentant dramatiquement les risques d’interactions médicamenteuses, déjà responsables de 5 % des hospitalisations. Concrètement, le pharmacien pourrait par exemple se voir « conseillé et informé » sur les médicaments qu’il serait rentable pour lui de dispenser en parallèle d’une prescription d’un médecin… sans que ce dernier ne puisse contrôler la cohérence de l’ensemble, ni même en être informé !
Ce décret viendrait affaiblir davantage encore la qualité du conseil en pharmacie. Indispensable, celui-ci fait aujourd’hui trop souvent défaut, comme une enquête client-mystère menée par l’UFC – Que Choisir en 2012 auprès de 648 pharmacies l’avait montré. Lors de l’achat de deux médicaments incompatibles (aspirine et un médicament contenant de l’ibuprofène), près d’une officine sur deux (48 %) avait manqué à son devoir de conseil.

Le 15 novembre dernier, le Collectif Europe et Médicaments (1) – dont l’UFC – Que Choisir est membre – a alerté sur ces risques, par une lettre ouverte, la Ministre de la Santé, ainsi que la Haute autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Cette démarche restée sans réponse à ce jour, l’UFC – Que Choisir en appelle aujourd’hui à la Ministre de la Santé afin qu’elle modifie son projet de décret, pour interdire toute publicité dans les logiciels d’aide à la dispensation des pharmaciens, et ainsi préserver l’indispensable relation de confiance entre l’usager et son pharmacien.



(1) Créé en mars 2002, le Collectif Europe et Médicaments regroupe plus de 60 membres, répartis dans 12 pays de l’UE, dont Prescrire, la Mutualité Française, l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO) ou l’UFC– Que Choisir. Il vise à donner aux citoyens européens des meilleures garanties en termes de qualité, d’efficacité, de sécurité et de prix des médicaments.


Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Gazmoinscherensemble.fr: Ensemble, nous avons obtenu la meilleure offre !
Profil des inscrits : le parfait reflet du marché du gaz

Le paysage géographique des inscriptions colle parfaitement à la répartition des résidences principales chauffées au gaz. Les 3 premières régions, représentant près du tiers des inscrits, restent ainsi l’Ile-de-France (plus de 20 000), la Région Rhône-Alpes (12 000), le Nord-Pas de Calais (9 000). De même, 74% des 130 000 inscrits sont au tarif régulé et ont une consommation moyenne de plus de 16 000 kWh, conforme à la moyenne nationale, 17 000 kWh. Avec une telle mobilisation et consommation, les futurs souscripteurs vont pouvoir réaliser de très substantielles économies grâce à l’offre finale…



190 euros en moyenne d’économies par souscripteur : la meilleure offre du marché

Grâce à la mobilisation des consommateurs, l’offre finale du fournisseur lauréat est bel et bien la meilleure offre sur le marché du gaz : 15,5% d’économies par rapport au tarif réglementé (H.T) du kWh de Novembre (3,5 points de plus que la meilleure offre du marché) et une remise individuelle de 35 euros sur la facture (1). Le prix de cette offre finale est fixe pendant un an à la différence du tarif réglementé de vente qui évolue, lui, tous les mois. Concrètement, pour un abonné au gaz ayant une consommation annuelle moyenne de 17 000 kWh, l’économie sur un an par rapport au tarif réglementé est de 185 € (TTC) à Lille ou Lyon, 187 € à Paris, et pas moins de 195 € à Millau ou Cassis. Substantielles au niveau individuel, l’économie collective peut être colossale : tous profils confondus (abonnés au tarif régulé, abonnés au marché libre), c’est plus de 20 millions d’euros potentiels de pouvoir d’achat !



Une campagne au bénéfice de tous les consommateurs

Loin de bénéficier aux seuls inscrits, la campagne « gaz moins cher ensemble » a permis une dynamisation des offres des fournisseurs alternatifs qui proposent aujourd’hui des offres plus attractives que par le passé. Par ailleurs, de nombreux groupements (copropriétés, collectivités) se sont rapprochés de l’UFC-Que Choisir pour organiser prochainement des opérations similaires.

Avec cette campagne, l’UFC-Que Choisir a donc atteint l’objectif individuel et collectif qu’elle s’était fixé : créer un véritable pouvoir de marché des consommateurs pour faire émerger la meilleure offre.



(1) A valoir sur la deuxième facture en cas de facturation bimestrielle, et au bout de 6 mois en cas de facturation annuelle
Que Choisir en Ligne


...lire la suite

4G, ou les promesses non tenues: l'UFC-Que Choisir dépose plainte Une réaction à « très haut débit » s’impose
Cartes de couverture 4G : carton rouge pour Orange et SFR
Les opérateurs ont voulu faire de Paris la « vitrine » de la couverture 4G en annonçant chacun une présence quasi-intégrale. Or, d’après nos tests couvrant 80% des rues parisiennes et reposant sur plus de 60 000 mesures(1), force est de constater que la réalité est bien différente. Ainsi, le réseau 4G d’Orange n’est disponible que sur 79,3% de la capitale, oubliant toute une partie sud-ouest de la ville. Quant à SFR, l’opérateur couvre moins de 75% de ce territoire, laissant de nombreuses poches de vide. Ces chiffres laissent craindre le pire sur l’accès réel de la 4G dans des territoires
français moins visibles. Seul Bouygues affiche des résultats proches de ses annonces, avec une couverture de 99,4%.

4G des villes, 4G des champs : une nouvelle fracture numérique apparait
Alors que les professionnels promettent avec la 4G des débits compris entre 115 et 150 Mbit/seconde, ces vitesses ne seront jamais obtenues pour de nombreux clients. En effet, seules les antennes 2 600 Mhz peuvent atteindre de tels débits. Or, les caractéristiques de ces antennes les destinent à n’être présentes que dans les grandes villes. Pour tous les autres habitants, situés dans les zones moins denses, les antennes 800 Mhz qui y sont implantées ne permettront d’obtenir qu’entre le tiers et la moitié des débits pourtant promis à tous les consommateurs. Ainsi, une nouvelle fracture numérique se prépare. Or les cartes des opérateurs restent sur ce point totalement muettes.

Halte à la désinformation : seule la 4G permet l’accès au « très haut débit » mobile
L’UFC-Que Choisir constate par ailleurs que les opérateurs ne différencient pas, dans leur communication, le « Dual Carrier » ou encore la « H+ » de la 4G lorsqu’il s’agit d’évoquer l’accès au « très haut débit mobile ». Or, quoi que puissent en dire certains opérateurs, les seuls textes règlementaires sur ce sujet – à savoir les décisions de l’ARCEP – leur imposent de ne parler de « très haut débit mobile » que pour la seule technologie 4G.



Au vu des résultats de son étude, l’UFC-Choisir dépose plainte contre Orange France et SFR :

Contre la société Orange France pour pratiques commerciales trompeuses :

- en raison de l’anormal décalage entre la carte de couverture de la ville de Paris que l’opérateur propose sur son site Internet et l’accessibilité effective à son réseau 4G ;
- en raison d’une publicité comparative laissant penser aux abonnés à ses forfaits 4G qu’ils accèderaient à la 4G avec un débit maximum théorique de 150 Mbit/s sur l’ensemble des zones où la technologie serait disponible ;
- en raison de l’assimilation faite par l’opérateur de la H+ et du très haut débit mobile.

Contre la société SFR pour pratiques commerciales trompeuses :

- en raison de l’anormal décalage entre la carte de couverture de la ville de Paris que l’opérateur propose sur son site Internet et l’accessibilité effective à son réseau 4G;
- en raison de l’assimilation faite par l’opérateur du Dual Carrier et du très haut débit mobile.

Par ailleurs, face aux multiples dysfonctionnements qu’elle constate, l’UFC-Que Choisir demande à l’ARCEP :

De créer dès à présent un Observatoire de la 4G, chargé de suivre en temps réel le déploiement du réseau de cette nouvelle technologie et de garantir la validité des allégations des opérateurs, aussi bien sur les couvertures que sur les débits ;
D’imposer aux opérateurs téléphoniques de distinguer dans les cartographies de la 4G qu’ils proposent aux consommateurs les zones selon les débits maximums théoriques que les technologies qui les couvrent autorisent.


Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Lingettes et laits de toilette: Ne jouez plus avec la peau de bébé !
Comment ne pas s’indigner que des fabricants saturent leurs produits de molécules allergisantes, d’antibactériens ou d’antioxydants, toxiques voir perturbateurs endocriniens, surtout lorsque ceux-ci sont destinés à un public particulièrement vulnérable : nos bébés ? En effet, notre dernier test souligne l’omniprésence de ces composés dans 26 lingettes et 6 laits de toilette grand public.

- 94% des produits testés potentiellement nocifs : Des allergènes ont été retrouvés en quantités significatives dans 12 lingettes et 2 laits de toilettes, avec un record pour les lingettes ‘Eco de Naty’ qui en contiennent 700 fois plus que les concurrents les moins chargés ! Le phénoxyéthanol, un conservateur aux effets toxiques pour le foie et suspectés pour le système reproducteur et le développement, est présent dans pas moins de 14 lingettes (par ex. Mixa, Pampers, Carrefour Baby …) et 3 laits de toilette (par ex. Mixa Bébé). Enfin, 6 lingettes (par ex. Carrefour Baby, Top Budget-Intermarché …) contiennent des parabènes à longue chaîne, conservateurs suspectés d’être des perturbateurs endocriniens interférant avec le système hormonal. Au final, seuls deux produits sur 34 sont exempts des substances recherchées(2) : les lingettes ‘Natural caresse’ de ‘Bébé Cadum’ et le lait de toilette ‘Natessance’.

- Une utilisation induisant une surexposition aux risques : Les lingettes utilisées pour nettoyer les bébés cumulent les facteurs de risque : elles sont appliquées plusieurs fois par jour sur une peau de bébé souvent irritée. Pire, l’absence de rinçage après application a pour effet de prolonger le temps de pénétration. Enfin, les substances contenues risquent d’être d’autant plus nocives que certaines d’entre elles, suspectées d’être des perturbateurs endocriniens, pourraient agir aux stades précoces du développement de l’enfant.

- Une réglementation qui s’assoit sur le principe de précaution : Compte tenu de ces risques, les experts ont demandé que des limites plus strictes soient appliquées pour les produits destinés aux bébés. S’agissant par exemple du phénoxyéthanol, les experts français(3) recommandent de limiter à 0,4% la concentration dans les produits pour les moins de trois ans et surtout de le bannir dans les produits destinés au siège. Or, si la moitié des produits testés contiennent ce composé à risque, un quart en renferment plus de 0,4%, avec un record de 0,9% pour les lingettes ‘Klorane’(4) . Cette concentration est rendue possible par le laxisme de la réglementation européenne. En effet, ignorant les avis d’experts, celle-ci fixe une valeur maximale à 1% quel que soit l’usage !

- Des étiquetages faussement rassurants : les résultats de nos tests sont d’autant plus alarmants que, dans la jungle des produits en rayon, les parents ne peuvent se fier aux mentions et accroches faussement rassurantes. Ainsi, les mentions du type «hypoallergénique» ou «Testé sous contrôle dermatologique» dont s’affublent les lingettes de ‘Leclerc’ ou ‘Pampers’ sont d’autant plus mal venues qu’elles recèlent des quantités significatives d’allergènes.


Au vu de ces inquiétants résultats, l’UFC-Que Choisir :

Invite les parents à réfléchir à deux fois avant de recourir à ces facilités cosmétiques plutôt qu’à la solution la plus sûre : à l’eau et au savon rincé,
Presse la Commission européenne de renforcer la réglementation pour les produits destinés aux jeunes enfants, et notamment de rendre obligatoires les recommandations exprimées par les experts.
Exige des fabricants qu’ils éliminent ces composés, ce qui est parfaitement possible au vu des deux produits testés qui en sont exempts.



(1) Résultats complets du test réalisé sur 27 lingettes et 7 laits de toilette, dans le Que Choisir n°519 de novembre
(2) Substances recherchées dans le test : propyl et butylparaben, phenoxyethanol, methylisothiazolinone et methylchloroisothiazolinone, ainsi que les vingt-six molécules allergènes dont l’étiquetage est obligatoire selon la réglementation européenne dès 10 ppm (mg/kg) dans les produits non rincés.
(3) Recommandation de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (mai 2012) http://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/0b46fedc079e8bb174a40b7b6f16d04c.pdf
(4) Un produit remplaçant (exempt de phénoxyéthanol) devrait être commercialisé sous peu. Information du fabricant.
Que Choisir en Ligne


...lire la suite

gaz moins cher ensemble: ENSEMBLE, OBTENONS LA MEILLEURE OFFRE !
Les prix du gaz ont explosé (le tarif réglementé - TRV - a augmenté de 80% gaz depuis 2005), une nouvelle hausse de celui-ci est annoncée pour novembre ; la précarité énergétique grandit, les litiges « énergie » se multiplient et, pendant ce temps, la concurrence sur le marché du gaz, bien que profitable aux consommateurs, reste atone. Face à cette situation préoccupante, l'heure n’est plus à la simple invitation des consommateurs à faire jouer la concurrence ou à se limiter à les informer sur les problèmes dans les contrats... L’UFC-Que Choisir passe donc à l’offensive et lance aujourd’hui la campagne « gaz moins cher ensemble », première du genre en France. L’objectif est de dynamiser la concurrence sclérosée sur le marché du gaz en rassemblant les consommateurs pour obtenir, grâce à leur mobilisation, la meilleure offre : un contrat sûr, un traitement des réclamations associant l’UFC-QueChoisir et une réduction significative de la facture de gaz.

Un appel d’offres lancé auprès de tous les fournisseurs de gaz

En juillet, l’UFC-Que Choisir a lancé un appel d’offres auprès de tous les fournisseurs nationaux de gaz en leur adressant un épais cahier des charges (42 pages) articulé autour de 3 volets. Tout d’abord des conditions contractuelles plus exigeantes que la loi (responsabilité unique du fournisseur, facturation bimestrielle sur la base de l’auto-relevé) et un traitement des réclamations associant l’UFC-Que Choisir ; ces deux volets étant des prérequis pour l’aboutissement du troisième : une offre attractive financièrement sur la base d’une enchère inversée, système qui se développe parmi les associations de consommateurs européennes. Or, il faut croire que la concurrence au service des consommateurs est un épouvantail au vu du forfait quasi généralisé des fournisseurs arguant d’un cahier des charges trop exigeant en termes de protection des consommateurs…

Un seul fournisseur lauréat au stade de l’appel d’offres

Il s’avère qu’au terme de la date butoir pour la réponse, 1 seul fournisseur national (1) a fait le pari de la concurrence au service des consommateurs : il a accepté toutes les conditions contractuelles exigées par l’association ainsi que le traitement simplifié des réclamations et a fait une offre tarifaire initiale attractive : 13% minimum d’économies par rapport au tarif réglementé du kWh d’octobre, soit, pour une consommation annuelle moyenne de 17 000 kWh, une économie comprise entre 124 et 132 euros selon la zone tarifaire de l’abonné (2).

13% minimum d’économies par rapport au tarif réglementé du kWh: soyons plus, pour payer moins !
L’offre initiale n’est qu’un point de départ : une réduction complémentaire (sur le prix du kWh et une réduction forfaitaire supplémentaire) est prévue en fonction du nombre d’inscrits sur le site gazmoinscherensemble.fr. Plus il y aura d’inscrits, plus l’offre finale sera attractive financièrement : l’UFC-Que Choisir entend ainsi créer un véritable pouvoir de marché des consommateurs.
Très concrètement, les consommateurs particuliers abonnés au gaz ont jusqu’au 25 novembre pour s’inscrire, et, au vu de leur nombre, l’offre finale sera dévoilée le 26 novembre. Sur la base de l’offre finale et au vu de leur profil de consommation, une proposition tarifaire personnalisée sera adressée, à compter du 7 décembre, à l’ensemble des inscrits qui seront libres de l’accepter ou non d’ici le 31 janvier 2014. Il importe de souligner que l’inscription préalable est totalement gratuite et sans engagement.

Indépendance et transparence étant des valeurs fondamentales de l’UFC-Que Choisir, cette campagne, qui s’inscrit à la suite des grands combats consuméristes menés par l’association avec l’aide des consommateurs (boycott du veau aux hormones, opposition aux chèques payants), est totalement désintéressée. L’association supporte l’essentiel des frais d’organisation et ne perçoit aucune rémunération ni des consommateurs, ni du fournisseur lauréat ou d’un quelconque intermédiaire. Un commissaire aux comptes a été désigné aux fins de constater les coûts et garantir l’absence de flux financier entre l’association et le fournisseur ; un rapport sera d’ailleurs publié à l’issue de l’opération pour constater la réalité économique de la campagne.

A présent, aux consommateurs de se mobiliser sur gazmoinscherensemble.fr, pour réduire (enfin !) la facture de gaz.

(1) Créé en 2010, Lampiris France est un fournisseur national d’énergie reconnu par les Autorités publiques en charge de la régulation de ce marché (Commission de régulation de l’énergie [CRE] et Médiateur national de l’énergie). S’il est aujourd’hui le plus petit acteur du marché gaz, il faut savoir qu’il a été fondé par Lampiris Belgique qui, lui, rassemble près de 700 000 clients particuliers sur le marché du gaz (soit près de 8% du marché belge). Pour cette campagne, et afin d’assurer la bonne exécution du cahier des charges, Lampiris France est d’ailleurs accompagné par sa société mère.

(2) Une économie de 13% par rapport au tarif réglementé d’octobre du kWh, sur une consommation annuelle moyenne de 17 000 kWh représente une économie annuelle de 124 euros TTC en zone 1 ( Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Toulouse, Nantes,…) ; 127 € TTC en zone 2 ( Paris, Caen, Brest, Amiens, Poitiers, …) ; 128 € TTC en zone 3 (Château Thierry, Perpignan, Nice, Chartres,..), 129 € TTC en zone 4 (Gap, Paimpol, Biscarrosse ,…) 131 € TTC en zone 5 (Aurillac, Rodez, Cahors, Albertville, …), 132 € TTC en zone 6 (Millau, Cassis, Chinon, …).


Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Énergie: Stop à la surchauffe des tarifs !
Pour l’électricité, le coup de massue estival (+ 10 % lissés sur 2 ans) rappelle l’urgence d’un audit sur les coûts réels d’approvisionnement d’EDF. En gardant la maîtrise des données qu’il transmet à la CRE (Commission de régulation de l’énergie), EDF fixe indirectement le tarif réglementé de l’électricité… Bref, avec le tarif réglementé, les consommateurs signent des chèques en blanc à EDF ! L’UFC-Que Choisir réclame un audit indépendant par la Cour des comptes et la relance d’un contrat de service public, afin de mieux encadrer les coûts d’approvisionnement d’EDF. Toujours indexé sur le pétrole, le tarif réglementé du gaz est encore plus explosif (+ 80 % entre 2005 et 2012). Les ménages méconnaissent les offres plus attractives du marché. Alors, que faire pour sortir de cette surchauffe tarifaire ? Supprimer le tarif réglementé du gaz comme le propose l’Autorité de la concurrence ? Une autre voie est possible : l’UFC-Que Choisir propose aux consommateurs de se rassembler pour créer un véritable pouvoir de marché, afin d’obtenir des offres plus intéressantes encore… C’est tout l’objet de la campagne « gaz moins cher ensemble », première en France, que l’association lancera le 15 octobre.
Que Choisir en Ligne
A Bazot


...lire la suite

Honoraires des médecins spécialistes en 2013: Les bornes sont dépassées !
Les dépassements ont augmenté deux fois plus vite que l’inflation en 2013.

L’UFC-Que Choisir a relevé, à un an d’intervalle, les tarifs de l’ensemble des médecins de trois spécialités : ophtalmologistes, gynécologues et pédiatres(1) . Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les vifs débats sur la fracture sanitaire de l’automne 2012 n’ont pas dissuadé les spécialistes d’augmenter leurs tarifs ! Ainsi, les dépassements d’honoraires ont cru en moyenne de 1,7% en un an, et même de 7% pour les pédiatres… pour une inflation sur la période de 0,9% seulement. Une consultation chez un spécialiste secteur 2 atteint en 2013 52,10€ en moyenne, et 61,50€ dans les grandes villes, soit plus du double du tarif conventionnel.

1ère cause d’augmentation : 45% des médecins ont relevé leurs tarifs sur un an

Pour identifier les racines de cette dramatique croissance des dépassements, l’UFC-Que Choisir a étudié l’évolution individuelle des tarifs de 5 560 médecins de secteur 2. Sur un an, près des deux-tiers d’entre eux ont modifié leurs prix, dont 45% pour les augmenter (de 2,60€ par consultation en moyenne).


2ème cause d’augmentation : la bombe à retardement des jeunes médecins

La situation est d’autant plus alarmante que les jeunes médecins sont plus souvent en secteur 2 que les retraités qu’ils remplacent (63% contre 44%), et demandent par conséquent un tarif moyen plus élevé (40,50€ contre 38,20€).

De plus, l’impact négatif des jeunes générations est pour l’instant partiellement masqué par le fait que, sans patientèle constituée, leurs dépassements sont certes plus fréquents, mais d’un montant moins élevé. Cela n’aura malheureusement qu’un temps : une fois leur situation assise, ils calqueront leurs tarifs sur ceux de leurs aînés, ce qui alourdira encore la facture pour les usagers.

Contrat d’accès aux soins : la capitulation en rase campagne du gouvernement

Présenté il y a un an par le gouvernement comme la réponse définitive aux dépassements, le Contrat d’accès aux soins sera pourtant loin de la panacée proclamée. Il se contentera en effet de geler les dépassements d’honoraires des seuls médecins volontaires, et ce à un niveau déjà trop élevé. Il ne sera par ailleurs d’aucune utilité pour lutter contre les augmentations futures liées au profil des jeunes médecins. Le tout pour un coût annuel à la charge de la collectivité de 470 millions d’euros par an !
Loin de faire baisser les tarifs, le Contrat d’accès aux soins n’est en réalité qu’une solvabilisation, sur le dos des usagers, des dépassements existants. Ce coupable renoncement à réguler la gabegie des tarifs des médecins aboutit à une capitulation en rase campagne des pouvoirs publics face aux lobbies médicaux.

Dans un contexte où 80% des usagers subissent les dépassements d’honoraires faute d’une alternative existante au tarif de la sécurité sociale(2) , l’UFC-Que Choisir exhorte donc le gouvernement et les parlementaires à se saisir de l’examen prochain du PLFSS pour :

- Initier enfin la redéfinition de la rémunération des médecins, pour aboutir à terme à la disparation des dépassements d’honoraires ;

- Plafonner immédiatement les dépassements d’honoraires à 40% du tarif de la sécurité sociale, ce qui correspond à leur prise en charge médiane par les complémentaires santé ;

- Fermer sans délai l’accès au secteur 2, seule solution pour arrêter l’inexorable recul de l’accès aux médecins spécialistes au tarif de la sécurité sociale.





(1) Tarifs relevés sur le site www.ameli-direct.fr de l’Assurance maladie, en deux vagues (juillet 2012 et juin 2013)

(2) Étude fracture sanitaire UFC-Que Choisir, situation pour les ophtalmologistes et les gynécologues, octobre 2012
Que Choisir en Ligne


...lire la suite

/ / / / / / / / / / 11 / / / / / /
Pied de page - UFC Que Choisir de l'Ardèche

Haut de page | Accueil | UFC Que Choisir de l'Ardèche | Mentions légales | Plan du site
Site de l'union fédérale des consommateurs Que Choisir: UFC Que Choisir - Association de consommateurs
Site de l'union régionale des consommateurs Que Choisir: UFC Que Choisir Rhône Alpes