En tête UFC Que Choisir de l'Ardèche

Contacts Ardèche

Association Locale de l'Union Fédérale des Consommateurs Que Choisir


Siège: Place de la Gare - 07200 AUBENAS - Tel : 04 75 39 20 44 - Email : contact@ardeche.ufcquechoisir.fr

 Mega Menu
Accueil > Tourisme et Loisirs:

Résidence de tourisme: Le gouvernement se penche enfin sur les dérives
La décision du secrétariat d’État au tourisme n’a pas fait l’objet d’une annonce officielle, mais les associations de propriétaires ont été informées par courrier. Le groupe de travail sera animé par la sous-direction du tourisme, en copilotage avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Il commencera le 20 ou 21 octobre par une réunion sur « l’information préalable du consommateur ».

Celle-ci est gravement défaillante, comme Que Choisir l’explique en détail dans une récente enquête sur l’immobilier défiscalisé. La DGCCRF s’est déjà penchée sur le sujet en 2013. Les commercialisateurs exagèrent les perspectives de rendement, qu’ils basent sur des loyers irréalistes, en général revus à la baisse de 30 % à 60 % après une saison sans locataire. Quant aux promoteurs, ils sont très discrets sur l’état réel du parc de résidences français, en particulier à la montagne. Les assises du tourisme qui se sont tenues en juin 2014 ont pourtant largement abordé la question de ce qu’on appelle les « lits froids ». Les stations des Pyrénées et des Alpes, en particulier les Alpes du Sud, regorgent de résidences des années 1970 et 1980 qui ne se louent plus. Leurs propriétaires, souvent âgés, les occupent seulement quelques jours par an. Cette situation connue n’a pas empêché les promoteurs de lancer des programmes de résidences représentant des dizaines de milliers de lits supplémentaires dans les années 2000, dans le cadre des lois Demessine ou Censi-Bouvard. Les élus locaux ont délivré les permis de construire en faisant mine de croire que le parc existant ne pesait pas sur les loyers décemment exigibles. Résultat, des stations comme Font-Romeu (66) ou Superdévoluy (05) vides à 90 % en été et qui peinent à franchir la barre des 40 % d’occupation en moyenne sur un hiver. Même la semaine de Noël, les hôtels de stations des Alpes du Sud sont vides à 40 % (57 % de taux d’occupation exactement en 2012, selon les chiffres de l’Observatoire national des stations de montagne).

Les chiffres exagérés du tourisme hexagonal

Les travaux du groupe de travail apporteront d’ailleurs peut-être des éléments de réponse à une question récurrente. Pourquoi la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) exagère-t-elle systématiquement les chiffres de fréquentation touristique de la France ? Le communiqué rituel annonçant que le pays a battu un record mondial (85 millions de visiteurs en 2015, après 83,7 millions en 2014…) est devenu un motif de plaisanterie chez les professionnels indulgents, et d’agacement chez les autres. Voici ce qu’écrivait le 12 août 2014 à ce sujet le très sérieux Comité pour la modernisation de l’hôtellerie et du tourisme français : « Beaucoup de facteurs indiquent que la façon d’établir ces statistiques officielles ne peut être qu’approximative, sinon légère. En premier, la dépense moyenne par touriste venant en France est extrêmement basse. Si on divise en toute simplicité les recettes touristiques "officielles" par le nombre d’arrivées "officielles", on obtient seulement 647 $ de dépenses par touriste en 2012, ce qui relègue la France au 83e rang mondial sur ce registre » ! Pour ne prendre qu’un exemple, la France compte comme deux visiteurs (une fois à l’aller, une fois au retour) le Néerlandais qui traverse notre pays en une journée pour se rendre en Espagne. En apparence inoffensive, cette désinvolture contribue à entretenir des illusions sur le potentiel du secteur. Et elle a justifié des dispositifs de défiscalisation immobilière dont la remise à plat n’a que trop tardé.
Que Choisir en Ligne
Erwan Seznec


...lire la suite

Booking.com: Le site mis en demeure de modifier ses contrats
Face aux promesses de « rêves » et de perfection, l’UFC-Que Choisir a décidé d’analyser les conditions générales de l’opérateur. Le constat est sévère : derrière le rêve d’une offre pléthorique d’hôtels enchanteurs aux quatre coins du monde, se cache une myriade de clauses, - pas moins de 50 - que l’association juge particulièrement défavorables aux consommateurs, voire - pour bon nombre d’entre elles - abusives ou illicites.

Des commentaires à la discrétion de BOOKING

Le site BOOKING permet au consommateur de mettre en ligne un avis sur un hôtel dans lequel il aurait séjourné, ou de publier des photos relatives à son séjour. Néanmoins, il s’octroie le droit de modifier ou de supprimer tout contenu qui lui déplairait : « nous nous réservons le droit de normaliser, refuser, ou supprimer tout commentaire à notre seule discrétion ». Favorable, le commentaire du client assurera la promotion de BOOKING. Défavorable, il pourra être modifié, voire purement et simplement refusé ou supprimé. Difficile alors d’accorder sa confiance aux avis publiés sous les offres du site…

Un site qui se réserve le droit de s’exonérer de toute responsabilité

Si BOOKING promeut le « Booking parfait», la société se refuse d’être responsable du moindre problème ou défaut. Si vous avez un problème avec la réservation de votre chambre, BOOKING n’est pas responsable. Si le prix indiqué sur le site diffère du prix final payé, BOOKING n’est pas plus responsable. Si la qualité n’est pas à la hauteur des notes et commentaires mis en ligne, BOOKING n’est pas responsable. Quoi qu’il arrive … BOOKING refuse toute responsabilité!

Données personnelles : la note est salée

Si le consommateur est pleinement conscient que BOOKING collecte ses commentaires et photos, il ignore cependant que le site récolte également, sans son consentement préalable et exprès, une masse considérable d’autres données (cookies et traceurs, adresse IP) – récupérées tant via son site que sur des sites partenaires et même directement auprès des réseaux sociaux. Loin de se limiter à ses clients, elle profite même du seul passage sur son site internet pour collecter les données des visiteurs. BOOKING goûte tellement ces données qu’elle ne propose pas à ses utilisateurs de refuser les cookies, alors que la loi l’exige et qu’elle ne reconnait pas l’option « Do not track » des navigateurs.

Une utilisation sans limite des contenus mis en ligne par les consommateurs

Loin de se cantonner à une diffusion limitée à son site Internet des contenus (commentaires/photos, etc.) produits par les consommateurs, BOOKING présume qu’il dispose d’« un droit exclusif, universel, irrévocable, inconditionnel et perpétuel » de les utiliser, reproduire, afficher et communiquer. Bref, il peut exploiter les photos et commentaires des consommateurs, notamment à des fins publicitaires, sans informer, ni même rémunérer leurs auteurs.

Au vu de ces éléments, et soucieuse de protéger les consommateurs français, l’UFC-Que choisir qui appelle les consommateurs à la vigilance quant aux informations affichées par le site Booking, a mis en demeure cette société de supprimer et/ou modifier les clauses considérées comme abusives ou illicites dans ses contrats et de les conformer au droit français. A défaut de réponse, l’UFC-Que Choisir se réserve le droit d’agir en justice.
Que Choisir en Ligne
Anne-Sophie Stamane


...lire la suite

LE GUIDE DES VACANCES SEREINES 2016 - 1ère partie : préparer ses vacances - 2ème partie: traiter les éventuels litiges
Vous trouverez dans la première partie des conseils pour préparer des vacances sereines.

Sommaire
1-Vous partez à l’étranger : les formalités administratives
2-Organiser ses vacances : voyage, hébergement, transport...

Cliquer sur le lien suivant pour accéder à la première partie du guide:
Le Guide des vacances sereines (1)


La 2ème partie du Guide, intitulée « faire respecter vos droits en vacances », traite de l'ensemble de vos droits et des moyens pour les faire respecter.

Sommaire
1-Un voyage pas Ă  la hauteur de vos attentes
2-Transport : retard, annulations ...
3-Hébergement : indisponibilité et non conformité
4-Loisirs : profiter en toute tranquillité des spécialités locales



Cliquer sur le lien suivant pour accéder à la deuxième partie du guide:
Le Guide des vacances sereines (2)
Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Carte d’identité: Validité prolongée, couacs en série - Prolongement reconnu dans 8 pays seulement
L’alerte vient d’Allemagne. Et elle est lancée par le Centre européen de la consommation (CEC), basé à Kehl, juste en face de Strasbourg. L’allongement de la validité de 5 ans des cartes d’identité françaises, passée de 10 à 15 ans le 1er janvier dernier, ne va pas sans causer des difficultés à certains détenteurs.

Sont potentiellement concernés, ceux qui ont en poche une carte qui arrive à échéance en 2014 et qui ont à voyager. Explications : si la durée de validité allongée de 5 ans s’applique également à leur égard, la date limite de validité inscrite au dos de la carte n’est pour autant pas modifiée. De fait, les particuliers qui prennent l’avion peuvent se voir refouler par la compagnie aérienne où les autorités du pays de destination. Pour voyager dans un État de l’Union européenne et dans quelques pays (par exemple, Tunisie), la carte d’identité suffit en effet, le passeport n’étant pas exigé.

Le CEC affirme recevoir « de plus en plus de réclamations de consommateurs ». Il craint en outre que le problème « ne perdure encore plusieurs années ». Comme le note le CEC, « le ministère de l’Intérieur a bien publié une fiche d’information multilingue sur la prolongation de validité de 5 ans des cartes d’identité françaises présentant une date périmée ». Document à présenter lors des différents contrôles. Mais cela ne semble pas toujours efficace.

Face à de tels dysfonctionnements, le ministère de l’Intérieur recommande aux voyageurs de « privilégier l’utilisation d’un passeport valide à une carte nationale d’identité portant une date de validité dépassée ». Rappelons toutefois que le passeport, valable 10 ans, est payant (86 €), alors que la carte d’identité est le plus souvent gratuite (25 € en cas de renouvellement suite à perte ou vol).

À l’instar de Cathy M., qui vit dans le Val-d’Oise, plusieurs consommateurs prudents se sont rapprochés de leur mairie afin de faire renouveler leur carte d’identité pour la mettre en conformité avec la nouvelle durée de validité. Mais leur demande est en général refusée.

Pour le CEC, « cette situation ubuesque restreint la liberté des Français au sein de l’Union européenne et dans tous les pays qui acceptent la carte d’identité comme document de voyage ». Il a par conséquent pris contact avec le ministère de l’Intérieur et le Défenseur des droits afin de leur présenter « les incohérences de cette réforme et les préjudices qu’elle cause aux consommateurs ».

Depuis, le ministère des Affaires étrangères a apporté quelques précisions. Il indique ainsi que seuls 8 pays acceptent officiellement la carte d’identité prolongée de cinq années : Bulgarie, Estonie, Hongrie, Monaco, Monténégro, Slovénie, Suisse et Tunisie (pour cette dernière, uniquement pour les binationaux ou les personnes partant en groupe dans le cadre d’un voyage organisé). En revanche, d’autres États ont explicitement indiqué qu’ils ne reconnaissaient pas la validité des cartes dont la date de fin de validité est antérieure à la fin du séjour. Il s’agit de Malte, de la Serbie et de la Turquie.

Pour toutes les autres destinations où il est en théorie possible de voyager avec une simple carte d’identité française (pays de l’Union européenne, Albanie, Islande…), les autorités n’ont pas pris de position officielle.

Il est également possible de se rendre sur le site du ministère de l’Intérieur afin d’imprimer, avant le départ, une fiche d’information expliquant la mesure. Un document à présenter, en cas de difficultés, aux autorités des pays dans lesquels on se rend.
Que Choisir en Ligne
Arnaud de Blauwe


...lire la suite

LE GUIDE DES VACANCES SEREINES 2014 - 1ère partie : préparer ses vacances - 2ème partie: traiter les éventuels litiges
I. Vous partez à l’étranger : les formalités administratives

1. Les documents dont vous avez besoin pour voyager

2. Actualité du pays de destination

3. Le cas des animaux de compagnie

4. Le permis de conduire

5. La sécurité sociale

II. Organiser ses vacances

1. Choisir son voyage en toute sérénité

2. Bien choisir son hébergement

3. Préparer son transport

Cliquer sur le lien suivant pour accéder à la première partie du guide:
Le Guide des vacances sereines (1)

La 2ème partie du Guide, intitulée « faire respecter vos droits en vacances », traite de l'ensemble de vos droits et des moyens pour les faire respecter.
Cliquer sur le lien suivant pour accéder à la seconde partie du guide: Le Guide des vacances sereines (2)
Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Réservation d’hôtel/ Expedia poursuivi en justice
Cela fait déjà un certain temps que les centrales de réservations hôtelières sur Internet telles que Booking.com, Expedia.com, Venere.com ou encore Hôtels.com (propriété du groupe Expedia) suscitent des critiques tant de la part des consommateurs que des professionnels.

Les pouvoirs publics ont entendu certaines d’entre elles. Le 13 novembre, le gouvernement a annoncé avoir assigné le groupe Expedia devant le tribunal de commerce de Paris. Il lui reproche des clauses illicites détectées par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) après analyse des contrats signés par les hôteliers pour figurer sur les sites Expedia.com et Hôtels.com.

Cette étude avait donné lieu à un avis de la Commission d’examen des pratiques commerciales (CEPC) qui déplorait à son tour l’existence de dispositions contractuelles entravant la liberté des hôtels et restreignant la concurrence. Une situation qui, au bout du compte, pénalise le consommateur comme le montre une enquête de Que Choisir, tout juste publiée. Elle révèle notamment que les prix affichés par ces moteurs de recherche sont loin d’être toujours aussi intéressants que cela.

Les investigations menées dans ce secteur ont mis au jour des clauses dans lesquelles les centrales interdisent aux hôtels de proposer directement à la clientèle des tarifs plus intéressants que les leurs. Autre clause épinglée, celle qui oblige l’établissement à confier au site de réservation la vente de la dernière chambre disponible.

Les ministres en charge du dossier (Tourisme, Consommation et Économie numérique) ont prévenu : à la suite d’Expedia, d’autres assignations pourraient être lancées dans les semaines à venir.

* Voir l'enquête réservée aux abonnés de l'UFC sur le Site Que Choisir.org
Que Choisir en Ligne
Arnaud de Blauwe


...lire la suite

Les vacances arrivent
Les beaux jours arrivants, l'UFC de l'Ardèche est heureuse de vous
faire bénéficier en pièce jointe de son guide des vacances.

La première partie du guide traite deux thèmes :
- les formalités administratives quand vous partez à l´étranger,
- comment organiser ses vacances : hébergement et transport.
Cliquer sur le lien suivant pour accéder à la première partie du guide: Le Guide des vacances sereines (1)

La 2ème partie du Guide, intitulée « faire respecter vos droits en vacances », traite de l'ensemble de vos droits et des moyens pour les faire respecter.
Cliquer sur le lien suivant pour accéder à la seconde partie du guide: Le Guide des vacances sereines (2)

UFC Que Choisir


...lire la suite

DROITS DES VOYAGEURS: La Cour de Cassation dissipe définitivement le nuage de fumées créé par les voyagistes
Suite au nuage de cendres qui a paralysé le ciel européen, de nombreux voyageurs sont restés bloqués à l’étranger et ont dû engager des frais d’hébergement et de transports non prévus, que plusieurs voyagistes refusaient de leur rembourser s’abritant derrière la force majeure pour s’exonérer de toute responsabilité. L’un d’entre eux avait assigné son agent de voyages pour obtenir le remboursement des sommes engagées et obtenu gain de cause devant le juge de proximité.

Le voyagiste avait alors formé un pourvoi devant la Cour de Cassation, arguant que la force majeure lui permettait d’échapper à son obligation d’assistance incluant la prise en charge des frais. L’UFC-Que Choisir a alors accompagné le consommateur et est intervenue devant la haute juridiction pour souligner que la force majeure ne pouvait être utilement invoquée.

Par son arrêt, la Cour rappelle officiellement à l’agent de voyage réfractaire, et à travers lui à l’ensemble de la profession, que « la force majeure (…) ne le dispense, en cas d’inexécution de l’un des éléments essentiels du contrat, de garantir la prise en charge du supplément de prix afférent aux prestations de remplacement que l’article L. 211-15 du Code du Tourisme impose de proposer aux clients après le départ ».

Compte tenu de la multiplication des évènements occasionnant des perturbations dans le bon déroulement des voyages (tremblements de terre, émeutes, neiges, etc.) et des litiges rencontrés à ces occasions, la décision de la Cour de Cassation est salutaire pour le droit des voyageurs français.

A l’appui de cette victoire devant la juridiction suprême, l’UFC-Que Choisir :

Invite les consommateurs victimes des errements juridiques des voyagistes à faire valoir leur droit au remboursement pour les frais supplémentaires qu’ils ont engagés en raison du blocage de l’espace aérien ;
Entend obtenir que la réglementation européenne sur les voyages à forfait, prochainement en révision, soit aussi explicite pour éviter toute nouvelle controverse préjudiciable aux consommateurs européens.


Que Choisir en Ligne


...lire la suite

Vacances
Selon une récente étude Médiamétrie 63% des Français consultent un site Internet pour préparer leurs vacances. Mais comment choisir parmi une kyrielle de sites spécialisés? Il exite 4 familles d' acteurs pour vous aider à être un voyageur averti :
Les Tour-Opérateurs ou "voyagistes", achètent des prestations touristiques à prix négociés à des prestataires (hôtels, compagnies aériennes, etc ), et les assemblent dans un forfait global ou "package" : Nouvelles Frontières, Thomas Cook, Fram, Kuoni, ...

Les Distributeurs vendent les produits montés par les prestataires, agences de voyages ou touropérateurs : Opodo, Go Voyages, Last Minute, ...
Les Métamoteurs permettent de comparer les offres de plusieurs moteurs de recherche et vous renvoient vers d' autres sites de tour-opérateurs, distributeurs, agences de voyage en ligne. Ce sont des sites non marchands : Kelkoo, Easyvols, Voyagermoinscher, Illicotravel, ...

Les Agences de voyages qui composent et vendent des offres touristiques et jouent un rôle d'intermédiaires entre les prestataires et les Clients. C'est une profession règlementée qui offre plus de garantie pour le Client.
Faire le tri dans les offres est un véritable parcours du combattant ! En effet un même séjour peut être proposé à des prix différents sur plusieurs sites !
Attention le prix du voyage doit être présenté toutes taxes comprises selon la loi. mais gare aux frais cachés ( frais de dossier, frais de réservation, surcharge carburant ...) qui peuvent s'ajouter à la facture finale.
Vous réservez par Internet ?

Pour connaître le prix final, déroulez le processus de la réservation jusqu’à la page du paiement en ligne : certaines cases optionnelles peuvent être pré-cochées comme une assurance facultative payante qui peut faire doublon avec celle de votre carte bancaire.

Vous cherchez un séjour à moindre coût ? Réservez le plus tôt possible, en " première minute ". Vous êtes souple sur la date de votre séjour et la destination ? Alors optez pour la formule "offre de dernière minute" avec départ dans le mois ou la quinzaine et bénéficiez jusqu’à 50 ou 70% de réduction

Photo: Parlement de Budapest Photos Libres
UFC Que Choisir de l'Ardèche


...lire la suite

Tourisme en Ardèche
Vous trouverez dans cette article une évaluation au niveau des coûts, accessibilité et services de 4 sites ardèchois:

Espace du parechemin et du cuir
Château d'Aubenas
Musée Papeterie Canson et Mongolfier
Château de Montréal

Retrouver ces données intégrées à l'enquête nationale que l'UFC Que Choisir a publié sous le titre:
Patrimoine culturel: Valorisation Ă  deux vitesses
"Désormais, le monde des musées et des monuments est soumis à une logique marchande. Cette quête de rentabilité à tout prix, au détriment de la mission de service public, compromet l’équilibre du système."
Auteur: Florence Humbert
Dossier accessible aux abonnés de Que Choisir en ligne et sur le magazine Que Choisir.

UFC Que Choisir de l'Ardèche
Alain JARNIAS


...lire la suite

1 /
Pied de page - UFC Que Choisir de l'Ardèche

Haut de page | Accueil | UFC Que Choisir de l'Ardèche | Mentions légales | Plan du site
Site de l'union fédérale des consommateurs Que Choisir: UFC Que Choisir - Association de consommateurs
Site de l'union régionale des consommateurs Que Choisir: UFC Que Choisir Rhône Alpes